• Miss Calli

Récit lumineux et rythmé

L’ours, Andrew Krivak, traduit par Héloïse Esquié, éditions Globe.


Quand on lit le récit du quotidien des deux derniers êtres humains sur Terre, un père et sa fille extrêmement attachants, on ne sait plus très bien si on ne lirait pas plutôt celui des premiers humains de notre Histoire. Surtout lorsque ces personnages évoluent au milieu de figures quasi totémiques, comme l’ours, l’aigle ou le jaguar, très proches des mythes du grand nord-américain. Il en résulte L’ours d’Andrew Krivak, un récit étonnamment lumineux rythmé par des descriptions sublimes de paysages et précises de fabrications d’outils, mais aussi de contes de la voix du père. Un voyage jusqu’à l’océan d’où l’on ressort avec une impression unique de lecture, celle de revenir de très, très, très loin. Si le thème vous paraît déjà exploré n’en croyez rien : vous avez ici un petit trésor ! Un remerciement spécial à Héloïse Esquié pour cette traduction fluide et vivifiante.


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout